Art ou culture. Quid de l’appropriation culturelle…

Qu’est-ce que l’art ? Qu’en est-il de la culture ? Avez-vous les réponses à ces deux questions, tellement simples et pourtant compliquées à la fois, tant nous en faisons l’amalgame.

La langue française, comme à son habitude, comprend des définitions aussi abstraites que floues. Le mot art à lui seul a une bonne dizaine de définitions. Cependant dans notre cas nous dirons que l’art est la création-invention, au niveau du mécanisme de la pensée et de l’imagination, d’une idée originale à contenu esthétique traduisible en effets perceptibles par nos sens (chant, danse, sculpture, dessin…).

La culture quant à elle, désigne la façon de vivre et de penser propre à un peuple ou un ensemble de peuples à une époque donnée. Le mot culture est plus ou moins synonyme de mode de vie d’un peuple, de mœurs, d’usages, de coutumes ou de traditions. Cela peut évidemment concerner tous les domaines de la vie d’un peuple ou d’une société : la langue, les techniques, les arts, les connaissances, les croyances religieuse ou non, l’organisation sociale, économique et politique.

Donc, je dirais que l’art est la chose et la culture le rapport à la chose.

Pourquoi je développe tout cela ?

Eh bien je vous explique, je suis récemment tombée sur la définition de l’expression « appropriation culturelle ». D’après Wikipédia : « L’appropriation culturelle est un concept né aux États-Unis selon lequel l’adoption ou l’utilisation d’éléments d’une culture par les membres d’une culture ‘’dominante’’ serait irrespectueuse et constituerait une forme d’oppression et de spoliation ». Définition qui se répète sur pratiquement tous les sites où mes recherches m’ont menées.  Un concept qui, si on suit cette définition, n’a selon moi ni queue ni tête. Cela voudrait dire qu’un jeune français amoureux de la culture nippone n’aurait pas le droit d’adopter les baguettes japonaises.

Et pourquoi cela va-t-il uniquement dans un sens et pas dans l’autre ? Pour moi cela revient à avouer que la culture ‘dominante’ serait la norme et les autres, par conséquent, sont spéciales.

Soyons claires, je peux comprendre le fond du concept mais en aucun cas la forme. Autant je trouve vexant qu’une personne débarque à une soirée, déguisée en gourounsi, autant je ne me sens pas mal lorsque je décide d’apprendre à danser la kizomba (qui, vous l’aurez compris, ne fait pas partie de ma culture). Il faudrait donc faire la part des choses entre adopter et admirer une culture, et la tourner en dérision.

Et vous, que pensez vous de nos amis caucasiens exposant des objets d’art représentant votre culture dans leur salon ? Appropriation culturelle ou simple admiration ?

Laury Nama –

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.