PARTIE II : Drogue douce

Il faut accepter d’aimer et d’être aimé mais pour cela, il faut d’abord s’aimer soit même.

Et cela m’a pris du temps.
De nature, assez discrète (même si je fais 1m85), je fais toujours très attention à ce que je fais, ce que je dis, les personnes que je fréquente et ce que chacun sait de moi.

J’ai la chance de tomber sur de bonnes personnes et d’avoir des amis en or … clin d’œil a ces pépites. Mais parmi ces bonnes relations il y en a eu de moins agréables.

Evidemment pour que ca fasse mal, pour être atteint, il faut que ces personnes aient été proches de toi. Sinon ça ne compte pas. N’est-ce-pas ?

Ça ne fait réellement mal que lorsque la personne sait qu’elle a une emprise sur ta vie.

Qu’elle occupe une place importante. Une place, dont elle ne peut être détrôné.

Et pourtant.

Ça compte toujours. Ça compte à partir du moment où c’est une connaissance, qu’il y a eu un échange. Ça compte quand c’est une personne que tu as eu à côtoyer ou que tu côtoyais quotidiennement ou de manière ponctuelle. Ça compte parce qu’une personne que tu connais depuis 1 mois peut occuper une place plus importante ou égale à quelqu’un que tu connais depuis 10 ans. Tout dépend des connexions qui sont faites et des profondeurs de ces relations.

Ça ne marche vraiment que lorsque que tu penses que cette personne ne te décevra jamais ou que c’est la seule ou l’une des seules en qui tu peux avoir entièrement confiance. PAUSE.

Ne faites jamais confiance à personne à 100% car vous pouvez être en bon terme aujourd’hui mais seule Dieu sait de quoi demain est fait.

J’ai appris qu’après deux ans d’amitié soi-disant “honnête”, une personne pouvait sortir de ta vie, du jour au lendemain sans se retourner.

J’ai appris qu’après trois ans de relation, une personne pouvait te tromper avec la seule personne que tu n’appréciais pas.

J’ai appris que même la mort ne pouvait empêcher certaines personnes de mettre leur fierté de côté et de prendre de tes nouvelles.

J’ai compris que certaines personnes sont là ; sans réellement l’être. Ce sont des relations “en haut, en haut” comme j’aime le dire. Sans profondeur. Superficielle.

Mais ces relations m’ont permis de comprendre que pour bien vivre, il fallait mieux vivre cacher.

Ces relations m’ont permis de comprendre que pour être heureux il fallait restreindre son cercle d’amis.

Ces relations m’ont permis de comprendre que ça ne servait à rien d’en vouloir au monde entier pour chaque mauvaise expérience, car, je le répète de nouveau, rien n’arrive au hasard et tout se paie ici-bas.

Personne ne sait s’il existe réellement un paradis ou un enfer au-delà de ce monde.

Certains lieux sur terre peuvent être qualifiés de paradis, tout comme d’autres peuvent être qualifiés d’enfer. Tout se passe ici. Du moins pour l’instant. 

Les relations toxiques il suffit de les éviter, de les oublier, de les mettre de côté.

Leurs en vouloir fera de vous la relation toxique d’une autre personne.

Sortez de ces relations. Que ce soit en amitié ou en amour. Permettez-moi de vous dire que même quand vous pensez que vous ne pouvez pas vivre sans une personne, c’est faux. Apprenez à vous aimer et vous verrez que seule, vous pouvez y arriver.

Entourez vous de personnes qui ont les mêmes objectifs que vous, les mêmes visions.

Il ne fournit aucun effort dans votre relation amoureuse ? Mais vous l’aimez ? D’accord, mais si vous vous aimez, vous savez quoi faire.

Vous êtes meilleurs amis depuis le primaire mais vous n’avez plus la même vision des choses ? Elle vous ralenti dans votre ascension ? Mettez-y un terme.

Il vous rabaisse en permanence ? C’est une relation toxique typique ! Les personnes qui ont peur de vous voir réussir car elles savent de quoi vous êtes capables ont tendance à vous rabaisser. Evacuez-les !

Venons en à la raison du choix de ce titre : “Drogue douce”. Selon le dictionnaire en ligne, les drogues douces sont des drogues comme le cannabis ou la marijuana (on dirait un prénom, genre marijuana : Marie Jeanne MDRR).

Ces drogues entrainent une dépendance et/ou une faible nocivité.

C’est également comme ça qu’une personne chère à mon cœur me décrit.

Apparemment c’est l’effet que je fais. Sachez que toutes ces relations nocives qui ont certes bien commencé mais qui se sont mal terminées, j’ai eu la force de m’en relever parce que j’ai choisi de m’aimer. Grâce à ce choix, j’arrive aujourd’hui à prendre des

décisions qui font passer mon bien-être avant celui des autres. Occupez-vous de vous, car

personne ne le fera. Sachez tout de même qu’arrêter de vivre ou mettre sa vie entre

parenthèses après avoir été blessé ne résout aucun problème.

Apprendre à refaire confiance c’est une étape complexe mais obligatoire pour être

heureux. Aucune relation amoureuse ou ou amicale ne peut fonctionner sans confiance.

Je vous souhaite de trouver un amour éternel et fort.

Je vous souhaite de vous relever de toutes vos épreuves. Personne ne naît mauvais. On le devient, quand on refuse de pardonner, d’oublier et d’aller de l’avant.

Je vous souhaite d’être la drogue douce d’une personne et que quelqu’un vous fasse ressentir cette sensation.


PARTIE I-DROGUEDOUCE (3)

MISS BKO-

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s